Malabar


CRÉATION 2021/2022


L’histoire

Malabar, c’est d’abord l’histoire singulière… d’un cheval.

Malabar est le nom de ce cheval. Il s’agit bien entendu d’un des principaux personnages de La ferme des animaux, le fameux pamphlet écrit par George Orwell en 1945.

 

L’histoire de Malabar, c’est d’abord l’histoire d’un espoir. Celle d’un rêve de liberté. La croyance dans un monde meilleur à venir. Au final, il ne restera que la description méthodique de ce rêve déchu et anéanti par la soif de pouvoir et de domination d’une caste. Nous assisterons à l’irrémédiable basculement du rêve vers le cauchemar. Insidieusement. Petit à petit. Sans qu’on y prenne garde. Malabar, c’est le récit qui éclaire l’obscure avancée des forces de l’ombre qui sont à l’oeuvre pour saper les fondements de toute entreprise collective d’émancipation, dans le but d’asservir les peuples.


Résidences de création

  • Du 31/08 au 03/09/2021 à l’Auditorium de Floirac (33)
  • Du 06/09 au 11/09/2021 au Théâtre des Chartreux de Marseille (13)
  • Du 13/09 au 17/09/2021 au Théâtre Le Parnasse de Mimizan (40)
  • Du 27/09 au 01/10/2021 à l’Espace Culturel Félix Arnaudin de St Paul lès Dax (40)
  • Du 02/11 au 06/11/2021 à l’Alambic des Arts de Villeneuve de Marsan (40)
  • Du 21/01 au 22/01/2022 au Big Bang de Dax (40)

Durant certaines résidences, des classes de primaire (CM2) et de collèges seront accueillies pour échanger avec les artistes après une séance de répétition.

Les résidences seront ouvertes aux professionnels culturels et feront l’objet d’une présentation publique en fin de chaque session.


Intentions de l’auteur

Nous voulons mettre à l’oeuvre la contemporanéité du texte sur le plateau. Non pas pour dénoncer une énième fois les méfaits de la dictature stalinienne, mais, à l’instar d’Orwell qui situa l’action en Angleterre, pour mettre en lumière ces méthodes dans ce qu’elles peuvent avoir d’invariable et de constant dans le champ de la communication politique, où qu’on se trouve de par le monde.

L’enjeu central est donc de transposer un texte conçu pour le temps de la lecture dans une oralité qui le rend adapté au temps du récit. Sur la base d’un récit très fidèle à l’oeuvre originale, c’est la fable qui sera mise en scène. La fable et ce qu’elle contient d’universel : l’histoire des animaux de la ferme est une histoire qui, à bien des égards, se rejoue indéfiniment dans les sociétés humaines. La fable et rien qu’elle. Car nous ne voulons pas encombrer l’aire de jeu d’autre chose : c’est le conte qui est au centre du dispositif. La scénographie se voudra à cet égard, minimaliste.


George Orwell

Nom de plume d’Eric Arthur Blair, né le 25 juin 1903 à Motihari (Inde) et mort le 21 janvier 1950 à Londres, est un écrivain, essayiste et journaliste britannique.

Témoin de son époque, Orwell est, dans les années 1930 et 1940, chroniqueur, critique littéraire et romancier. De cette production variée, les deux oeuvres au succès le plus durable sont deux textes publiés après la Seconde Guerre mondiale : La ferme des animaux et surtout 1984, roman dans lequel il crée le concept de Big Brother.

A propos de La ferme des animaux

« Bien sûr, j’ai conçu ce livre en premier lieu comme une satire de la révolution russe. Mais, dans mon esprit, il y avait une application plus large dans la mesure où je voulais montrer que cette sorte de révolution (une révolution violente menée comme une conspiration par des gens qui n’ont pas conscience d’être affamés de pouvoir) ne peut conduire qu’à un changement de maîtres.

Le tournant du récit, c’est le moment où les cochons gardent pour eux le lait et les pommes. Si les autres animaux avaient eu alors la bonne idée d’y mettre le holà, tout se serait bien passé. Si les gens croient ici que je défends le statu quo c’est, je pense, parce qu’ils sont devenus pessimistes et qu’ils admettent à l’avance que la seule alternative est entre la dictature et le capitalisme laisser-faire.

La morale du récit, selon moi, est que les révolutions n’engendrent une amélioration radicale que si les masses sont vigilantes et savent comment virer leurs chefs dès que ceux-ci ont fait leur boulot. J’ai simplement essayé de dire : « Vous ne pouvez pas avoir une révolution si vous ne la faîtes pas pour votre propre compte; une dictature bienveillante, ça n’existe pas! »